Le retour des Mystérieuses Cités d’Or

L’événement de ce Dimanche 9 Décembre 2012 était donc la diffusion des deux premiers épisodes de la 2ème série des Mystérieuses Cités d’Or. Ce monument dont la première diffusion date de 1983 en France.

Pour moi, fan inconditionnel de mythologies, des 7 merveilles du monde, des légendes de l’Atlantide,  d’Ys et autres statues de l’île de pâque, autant vous dire qu’à l’époque je n’aurais raté pour rien au monde la diffusion dans RécréA2 de cette série (ndr je ne suis devenu fan d’animation qu’en 1989, j’ai donc aimé les Cités D’or avant). C’est avec une immense impatience que j’attendais une nouvelle série depuis que Jean Chalopin a émis l’idée de lancer une suite à la license.

Mais voilà, quand on a découvert cette série gamin, il va être difficile pour cette série de prendre la relève ne serait-ce que pour le côté nostalgie évoqué plus haut. J’essaie toutefois de donner mon avis et comparer les deux séries objectivement.

La production

Une des particularité des Cités d’Or (avec Ulysse XXXI) était la coproduction franco-japonaise qu’avait réussi à obtenir ce grand monsieur de Jean Chalopin. Je reste persuader que la réussite de cette série vient de cette double influence.  Donc, à l’époque, la production était assurée par la NHK (chaîne publique nippone) et RTL (Radio Télévision Luxembourg) et réalisée par M.K. Production, Le Studio Pierrot et D.I.C.. (la société de Jean Chalopin et Bernard Deyries).

Aujourd’hui il s’agit d’une production  Blue Spirit, une entreprise du Pôle images Magelis d’Angoulême donc des petits Frenchy. A noter que cette société dispose d’un des sites web les plus pourris qu’il m’ait été donné de voir pour une société d’animation (on est en 2012 je le rappelle) et lorsqu’on n’est pas capable d’habiller sa vitrine sur le web, ça fait un peu peur pour le reste…. Je vous invite à vous en rendre compte par vous même : www.spirit-prod.com/

Concernant la série tant attendue, on y trouve juste un pauvre trailer … (que j’ai remis en bas de ce billet pour ceux ayant loupé la diffusion dimanche).

 La structure

Premier bon point la structure spécifique à la série est conservée : tout y est ou presque, on y retrouve le générique de début, l’épisode en lui même, l’annonce du prochain épisode ET le reportage. Il manque juste le générique de fin et les crédits se retrouvent sur trois pauvres planches diffusées en 5 secondes …

Le générique et l’OST

Surprise, l’équipe de production a récupéré les droits pour nous sortir le même générique qu’en 83 légèrement modernisé mais tout à fait dans le ton et finalement relativement peu différent. Je dirais que :

  • pour les anciens on peut chanter avec
  • pour les nouveaux, apprendre la chanson facilement
  • On est tout à fait dans le thème réunion de plusieurs générations (sachant qu’avec les multi rediffusions, même les gamins la connaissent)

Donc on retrouve avec joie ce générique que l’on connaît tous par cœur MAIS (car il y a un MAIS), on se dit qu’il manque un truc … Un élément manquant et j’ai retrouvé … Voici ce qu’il manque et qu’on connaissait tous par coeur : l’intro !

« Le XVIème siècle…

 …DES QUATRE COINS DE L’EUROPE, DE GIGANTESQUES VOILIERS PARTENT À LA CONQUÊTE DU NOUVEAU MONDE.
À BORD DE CES NAVIRES DES HOMMES AVIDES DE RÊVE, D’AVENTURE ET D’ESPACE, À LA RECHERCHE DE FORTUNE.
QUI N’A JAMAIS RÊVÉ DE CES MONDES SOUTERRAINS ? DE CES MERS LOINTAINES PEUPLÉES DE LÉGENDES ?
OU D’UNE RICHESSE SOUDAINE QUI SE CONQUERRAIT AU DÉTOUR D’UN CHEMIN DE LA CORDILLIÈRE DES ANDES ?
QUI N’A JAMAIS SOUHAITÉ VOIR LE SOLEIL SOUVERAIN GUIDER SES PAS, AU COEUR DU PAYS INCA,
VERS LA RICHESSE ET L’HISTOIRE DES MYSTÉRIEUSES CITÉS D’OR ? »

Dommage donc de ne pas avoir refait une introduction qui aurait expliquer que la première cité d’or était découverte.

Côté OST, on retrouve les thèmes de la série mais toutefois de manière plus discrète. La série se veut aussi plus énergique avec plus d’action et moins de contemplatif mais ce n’est que le début de l’histoire.

L’animation

Sujet toujours délicat d’une part parce que comparer ce qui était fait entièrement à la main en cellulo et ce qui est fait aujourd’hui par ordinateur est difficilement comparable.

Le character design a été conservé. Toutefois, il y a du boulot à faire dans les expressions faciales, la scène où Esteban reparle de son père n’est absolument pas crédible.

Au niveau animation, c’est du milieu de gamme un peu décevant pour une telle license et j’attendais sans doute mieux mais il y a du y avoir des choix budgétaires. Disons qu’on est au niveau des filler des grandes séries japonaises.

Le mélange 2D/3D est plutôt mal intégré mais j’ai toujours cette impression là étant avant tout fan de dessins animés. Les décors rattrapent un peu mais sont inégaux. Et surtout la gestion des ombres est … inexistante.

Si le tout reste regardable, disons qu’on se situe dans les séries à bas coût quand même. Mais, après tout, l’essence même de cette série est ailleurs.

Les voix/Le Doublage

Contrairement à beaucoup d’autres fans d’animation, même si je regarde énormément en VO, je regarde aussi en doublage français parce qu’il faut admettre que pour certaines séries, les doubleurs ont complètement transformé la série.

Hélas, aucune voix de l’époque n’a été conservée et c’est, à mon sens, un des plus gros défaut en particulier :

  • la voix de Jean Topart sur le reportage est absolument irremplaçable, tout le monde la reconnaitrait entre mille
  • Idem pour la voix de Jackie Berger pour Esteban, voix classique du doublage des années 80, difficile de passer outre
  • J’ajoute que je n’ai pas l’impression que les doubleurs y croient. Peut-être n’étaient-ils pas nés lors de la diffusion dans les années 80. Un doublage reste un jeu d’acteur, la motivation est importante.

Le scénario

Difficile de juger sur deux épisodes de la qualité du scénario. On retrouve nos trois amis à Barcelone 6 mois après la découverte de la première citée d’or. Dans les crédits, il est indiqué qu’il y a une supervision artistique et littéraire de Jean Chalopin et Bernard Deyries. On ne peut nier la recherche de continuité et de cohérence et on passera sur quelques petites incohérence qui vous sautent à la gueule comme le médaillon d’Esteban qui ternit lorsqu’il ne le porte plus. Ridicule car dans la première série, ce médaillon est gardé par Mendoza et passe de main en main sans jamais perdre son éclat. Élément scénaristique à mon avis pas nécessaire du tout pour justifier la décision d’Esteban.

La suite des aventures nous emmènera en … chine et qui n’est pas sans rappeler une autre série française de Chalopin de l’époque C&D « Les jumeaux du bout du monde » (91)  en espérant que les cités d’or 2 remportent plus de succès ….

Si je fais confiance à la supervision de Jean Chalopin et Bernard Deyries je suis quand même déçu par plusieurs points :

  • Il n’y a pas de violence, les mousquets tirent des balles à blanc ou font sauter les casques … La première série de son influence japonaise (mais aussi de l’époque 70/80) ne cache pas les morts lors des batailles. Autres temps, autres mœurs ….
  • Mais bien pire que cela, le méchant Darth Vador en tenue de chaperon rouge me reste en travers de la gorge. Il n’y a pas de VRAI méchant au sens propre dans les cités d’or, il y a des espagnols qui ont une forte motivation pour l’or (comme Pissaro, Gomez ou Mendoza) et des Olmeks qui veulent sauver leur peuple. C’est là où on reconnait la patte japonaise de la série. Car dans les séries nippones, il n’y a pas de méchants mais juste des personnages qui n’ont pas les mêmes intérêts que le héros.
  • On touche là, hélas, une américanisation de la série ce qui me déplait fortement.

Conclusion

J’en attendait beaucoup, d’un côté je suis déçu par l’occidentalisation de la série (le chaperon rouge démoniaque) et un doublage perfectible. De l’autre je suis heureux de retrouver les mêmes personnages dans une suite directe avec la même structure, la même musique. Je crois qu’il faudra attendre la fin des 26 épisodes attendus pour savoir si la magie opère … Merci donc à TF1 de programmer très vite la suite.

Publicités

A propos oOoYusakuoOo

nothing to say
Cet article, publié dans Anime, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s